WEHC

World Economic History Congress


L’association internationale d’histoire économique

L’International Economic History Association (IEHA) réunit 45 associations d’histoire éco­nomique issues de 38 pays (23 européens, 15 extra-européens). La France est représentée par l’Association française d’histoire économique (AFHE), présidée par Guillaume Daudin.

L’IEHA a pour principale mission l’organisation, tous les trois ans, de congrès internationaux qui réunissent les chercheurs et universitaires de ce domaine (1 500 participants à Kyoto en 2015). 17 congrès ont été organisés. Ils constituent un forum mondial pour les historiens de l’économie et un lieu essentiel de dialogue entre historiens et économistes.

Créée en 1960, notamment par Fernand Braudel qui la dirigea longtemps, l’IEHA a des liens historiques importants avec l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Néanmoins, jamais son congrès n’a été organisé à Paris, ni à l’EHESS, et il ne s’est tenu en France qu’une fois, à Aix-en-Provence, en 1962. Le congrès de 2012 s’est tenu à Stellenbosch (Afrique du Sud), celui de 2015 à Kyoto, le prochain aura lieu en 2018 à Boston (Massachusetts Institute of Technology).

 


Le lieu du renouvellement de l’histoire économique

Les congrès WEHC sont des manifestations mondiales et interdisciplinaires, avec pour épicentre, une étroite coopération entre l’histoire et l’économie, suscitant l’intérêt des ges­tionnaires, sociologues, géographes, ethno-anthropologues, psychologues et philosophes, voire d’historiens des sciences et des techniques et de chercheurs en sciences de la matière et de la vie. Ils sont ouverts à toutes les nations.

L’organisation d’un congrès en France constituera un retour aux sources : la discipline doit beaucoup à la rencontre, autour de l’étude historique de l’économie et de la société, entre les historiographies européennes, française, allemande, britannique, voire italienne et hispa­nique, et celles nées hors d’Europe, aux États-Unis, en Asie et en Amérique latine.

Les thématiques retenues dernièrement attestent l’inscription dans des débats contempo­rains et la longue durée : « Les racines du développement » (Stellenbosch, 2012), « La diver­sité dans le développement » (Kyoto, 2015), « Les vagues de mondialisation » (Boston, 2018). Face aux défis concernant la planète dans son ensemble, les historiens de l’économie et les économistes perçoivent, en effet, la nécessité de revenir à l’histoire et au long terme.

 


Pour aller plus loin